Le Retour de Issa Jésus Cheikh Imran Hosein

par Ait Belaid Youssouf  -  15 Septembre 2013, 09:54  -  #Issa, #Jésus, #islam, #Imran Hossein, #Dajjal, #Dictature, #Anthé-christ

Le Retour de Issa Jésus Cheikh Imran Hosein

BIOGRAPHIE DE IMRAN HOSEIN

Imran Hosein est né sur l’île Caribéenne de Trinidad, en 1942, de parents dont les ancêtres avaient émigré comme ouvriers sous contrat de l’Inde. Diplômé de l’Institut Aleemiyah à Karachi, il a étudié au sein de nombreuses institutions supérieures dont l’Université de Karachi, l’Université des Antilles, l’Université Al Azhar et l’Institut Universitaire des Relations Internationales en Suisse.

Il a exercé plusieurs années en tant que fonctionnaire des Affaires Étrangères (Foreign Service Officer), au Ministère des Affaires Étrangères du Gouvernement de Trinité-et-Tobago mais abandonna son travail en 1985 afin de consacrer sa vie à l’Islam.

Il vécut à New York pendant 10 ans, période durant laquelle il exerça la fonction de Directeur des Études Islamiques pour le Comité Collectif des Organisations Musulmanes du Grand New York (Joint Committee of Muslim Organizations of Greater New York). Il donna des conférences sur l’Islam dans de nombreuses universités américaines et canadiennes, dans des collèges, églises, synagogues, prisons, salles communautaires, etc. Tout en représentant l’Islam aux États-Unis, Imran Nazar Hosein participa également à des cercles de réflexions sur le dialogue inter-religieux avec des intellectuels Juifs et Chrétiens.

Il exerça en tant qu’Imam à la Mosquée Dar al-Qur’an (Masjid Dar al-Qur’an) à Long Island, New York. Il dirigea également la prière hebdomadaire commune du vendredi ainsi que le sermon au Siège des Nations Unies à Manhattan une fois par mois pendant 10 ans.

Il a voyagé dans le monde, effectuant des tournées de conférences islamiques dès l’obtention de son diplôme de l’institut d’études islamiques de Aleemiyah à l’âge de 29 ans en 1971. Il a écrit plus d’une douzaine d’ouvrages sur l’Islam qui ont été accueillis avec respect par le public, notamment "Jérusalem dans le Coran – une vue islamique du destin de Jérusalem", devenu un best-seller traduit dans plusieurs langues.

Le Professeur et Docteur Malik Bradi, Doyen de l’Institut international de Pensée Islamique et Civilisation à Kuala Lumpur, Malaisie, a écrit l’avant-propos de ce livre, je cite :

"Finalement, je suis surpris par le style d’écriture d’Imran. Bien que "Jérusalem dans le Coran" soit une thèse méticuleuse combinant documents religieux et historiques, événements récents de politiques et interprétations perspicaces du Coran et des Hadiths, tout se déroule comme une histoire. Une fois la lecture commencée, il est difficile de s’arrêter. Ce qui est une qualité propre aux romans – la personne le lirait une fois puis avant de l’abandonner – et non aux thèses qui provoquent de sérieuses réflexions, comme le livre que le frère Sheikh Imran a publié. C’est une référence que l’on doit garder et relire à chaque fois qu’il y a une recherche sur le sujet. Je pense que l’éloquence du Sheikh doit être le résultat d’un don naturel qui entre en interaction avec son travail inlassable de prêcheur et de prédicateur (?) et une bénédiction Divine pour sa sincérité." ("Jérusalem dans le Coran", Masjid Dar al Quran, Long Island, New York, 2002. p.XVI)

Professeur-Docteur Abul Fadl Mohsin Ebrahim, Professeur d’Études Islamiques à l’Université de Durban (Afrique du Sud), a aussi son avis sur le livre:

"Jérusalem dans le Coran" apparait à un moment crucial, celui où le moral des Musulmans était au plus bas. Les raids incessants et flagrants d’Israël au sein de la Terre Sainte sont toujours aussi violents, et les Musulmans reprennent des termes identiques à ceux employés par leurs Frères pour interpeller le Seigneur lorsqu’ils étaient persécutés par les kuffars de la Mecque: ‘Quand est-ce qu’Allah nous viendra-t-Il en aide ?’. La vision du Sheikh Imran quant aux évènements qui se produisent aujourd’hui dans le monde est une vraie source d’inspiration pour les Musulmans, car il soutient de façon plausible, grâce à ses interprétations savantes des Écritures Divines (c’est-à-dire du Coran) et des Ahadit du Prophète Muhammad (paix et salut sur lui); il soutient que l’aide d’Allah Le Glorieux, Le Très-Haut est imminente, que la Terre Sainte sera libérée, et que l’Islam sera de nouveau perçu comme étant l’"État Dominant". Le lecteur sera captivé par la bonne maîtrise de l’auteur en matière de politique internationale. "Jérusalem dans le Coran" apparait comme un rayon de soleil aux yeux des Musulmans, et une révélation pour les prétendus ‘Gens du Livre’". ("Jérusalem dans le Coran", Masjid Dar al-Qur’an, Long Island, New York. 2002. 4e couverture)

Le premier livre d’Imran, intitulé "L’Islam et le Bouddhisme dans le Monde Moderne", a été rédigé alors qu’il n’avait que 29 ans et reste le seul ouvrage sur le sujet étudié par un savant Musulman. Ce livre a reçu de grandes éloges de la part de d’éminent érudits tels le vice-président de l’Université de Karachi et historien renommé, Dr. Ishtias Husain Quraishi, le remarquable juriste et philosophe pakistanais, A. K. Brohi, et le brillant sociologue musulman, Dr. Basharat Ali.

Voici ce que A. K. Brohi a à dire sur "L’Islam et le Bouddhisme dans le Monde Moderne":

Ce qui m’a le plus frappé en lisant le magnifique livre d’Imran, c’est la lucidité et la clarté de la méthode ainsi que la simplicité quasi incroyable du style avec lequel il présente son argumentaire, d’abord pour exposer son avis, puis pour évaluer de façon critique ce qui, après tout, est une conception philosophique très complexe de la religion d’après laquelle la majeure partie du genre humain dit réguler sa vie quotidienne. Dans quelques centaines de pages, l’auteur nous présente une estimation comparative de deux importantes religions que sont le Bouddhisme et l’Islam, et, par dessus tout, il a essayé d’apporter une analyse critique du Bouddhisme tant sur le plan éthique que métaphysique. Dans l’ensemble, les idées principales de cet ouvrage ont tendance à exposer un esprit travailleur original et hors du commun. Et grâce à cela, ce livre est susceptible d’être listé parmi les livres les plus contributeurs de la littérature sur la religion comparée…" ("L’Islam et le Bouddhisme dans le Monde Moderne". Fédération Mondiale des Missions Islamiques, Karachi. 1972. 4e couverture)

Tout en définissant Imran Hosein comme un "savant pourvu d’une érudition philosophique rare, et d’une originalité et d’une vigueur créatrices", A. K. Brohi prédit à son sujet:

Je ne doute pas un instant du fait que notre jeune auteur est susceptible, s’il continue à maintenir le rythme de ses activités académiques, de devenir un érudit dont le monde de l’Islam pourra être fier. "L’Islam et le Bouddhisme dans le Monde Moderne". Fédération Mondiale des Missions Islamiques, Karachi. 1972. Intérieur de couverture]

Maulana Dr Fazlur Rahman Ansari, remarquable savant de l’Islam de l’âge moderne, a écrit l’avant-propos de ce livre et voici ce qu’il en a dit:

C’est avec grand plaisir que je vous présente la monographie de recherche sur "l’Islam et le Bouddhisme dans le Monde Moderne" par Imran Hosein, sa première tentative dans le monde des auteurs, que l’on peut aussi définir comme étant le premier livre rédigé par un savant Islamique sur le sujet.

L’auteur, qui est l’un de mes chers élèves, a hérité des illustres traditions du savoir moderne
en Philosophie et Religion, via les Dr. Syed Zafar-ul-Hassan, diplômé supérieur en Arts, diplômé universitaire en Droit; Dr Phil (Erl.); Dr D. Phil (Oxon.); et Dr Sir Muhammad Iqbal diplômé supérieur en Arts, Doctorant en Philosophie, Doctorant en Lettres, avocat; et Son Eminence Muhammad Abdul Aleem Siddiqui al-Qaderi, et je suis fière de lui. Bien qu’il soit jeune d’âge, il est déjà sur la voie de la maturité en ce qui concerne la sagesse, et je suis persuadé que ses travaux de chercheur lui rapporteront toujours plus de gloire dans la quête de la Vérité.

Ce livre est une réalisation prometteuse. La manière dont il traite le sujet démontre un sens aigu de lucidité, d’objectivité ainsi qu’une logique méthodologique élevée. Tout en respectant l’esprit de l’Islam, son approche de Bouddha et du Bouddhisme est séduisante, contrastant avec l’approche malveillante et vindicative si souvent démontrée par Christian et Arya Samaj
Je prie Dieu afin ce libre soit béni et soit un succès. Amen! ("L’Islam et le Bouddhisme dans le Monde Moderne" Fédération Mondiale des Missions islamiques, Karachi.)

Il n’y a aucune preuve que, durant ses 34 années de bons et loyaux services pour la cause de l’Islam, depuis l’obtention de son diplôme à l’Institut d’Étude Islamique de Aleemiyah en 1971 avec le Dr Ansari -Médaillé d’Or pour Haut Mérite-, les conférences, cours et sermons d’Imran Hosein aient indirectement incité à commettre des actes liés au terrorisme. C’est aux musulmans qui suivent sincèrement la guidance du Coran et l’exemple de L’Estimé Prophète de déterminer si cet intellectuel musulman, grand auteur de "Jérusalem dans le Coran", est soit bien-guidé, soit égaré. Cela ne peut être déterminé ni par des non-musulmans ni par ceux qui violent les commandements Divins du Coran, étant donné que dans la sourate 5 "al-Maida" verset 51 "Dieu -Le Très Haut- interdit les relations amicales et les alliances entre musulmans et individus issus de l’alliance Judeo-Chrétienne qui gouverne actuellement le monde.

Note des traducteurs :

Nous rappelons à nos lecteurs que Dieu -le Très Haut- nous informe à travers Ses enseignements que toute alliance avec des Juifs et des Chrétiens qui se sont alliés entre eux, afin de commettre injustices et oppression, et agir à l’encontre de ce à quoi Le Coran et les Hadiths nous appellent est interdit et considéré comme trahison.

Le Coran ne parle pas de tous les juifs et de tous les chrétiens, le Coran nous parle ici d’un groupe de Juifs et d’un groupe de Chrétiens qui se sont alliés entre-eux et former une alliance, et c’est effectivement l’alliance Judeo-chrétienne sioniste, qui s’est d’ailleurs étendue aux gouvernements musulmans, dont une majorité se sont alliés à cette alliance. Ils sont devenus également sionistes, comme le précise le verset 51 de la surat Al Maida :

« Ô vous qui avez foi (en Allah), Ne prenez pas (Tels) juifs et (Tels) chrétiens comme alliés; (qui) sont (eux-même) les uns alliés aux autres. Et celui d’entre vous qui les prendra pour alliés, il deviendra alors l’un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes. » Coran, Sourate al-Mā’idah, v.51